22/01/2016

Foire du Livre de Bruxelles 2016

foire livre.jpgMa séance de dédicaces à la Foire du Livre de Bruxelles (entrée gratuite !) est prévue le dimanche 21 février 2016 dès 14 heures au stand 248 des Éditions Jourdan.

16:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (3/140) : AOUSTE (France) : Une église-refuge

Endroits et histoires magiques

Bosseval4 copie1.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

Aouste. Au cœur de la Thiérache ardennaise, le village d’Aouste tiendrait son nom de la ville italienne Aosta (Aoste), mais l’essentiel est que dans cette entité de quelque 200 âmes, on découvre une impressionnante église fortifiée. Quelles étaient les raisons de ce genre de construction ?
Les premières furent édifiées au IXe siècle et, généralement, elles étaient adaptées à la topographie des lieux, avaient une structure défensive pour faire face aux guerriers, pillards, envahisseurs…, surplombaient les environs et servaient aussi de postes d’observation, étaient placées au bout d’une montée entourées d’habitations formant une sorte de rempart circulaire ou rectangulaire, de très étroites ruelles (faciles à surveiller) permettaient seulement leur accès.

En Thiérache ardennaise, on relève huit églises fortifiées (source : Wikipédia) : Aouste, Chilly, Dommery, Fraillicourt, Laval-Morency, Rocquigny, Signy-le-Petit et Sormonne.
Dans les Ardennes, il y a aussi des églises fortifiées à Autruche, Brieulles-sur-Bar, Chevreuges, Monthermé, Saint-Juvin, Tannay, Vendresse, Verpel, Vivier-au-Court…

Aouste.JPG

 

 

 

Impressionnante épaisseur des murs d’une église aux allures de forteresse.

 

D’autres régions accueillent ces puissants édifices sacrés ou qui y sont assimilés : à Carcassonne, Narbonne, Béziers (Languedoc-Roussillon), Trémolat (Dordogne), Saint-Brieuc (Bretagne), Cognac (Poitou-Charentes), Île de Ré (Charente-Maritime), Saintes-Marie-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône)…, alors qu’à Paunat (Dordogne), par exemple, l’église millénaire est colossale avec son imposant clocher-donjon à deux étages, sa maçonnerie massive… : « Une église aux allures de forteresse », selon un historien.


Pour en revenir à l’église d’Aouste (dédiée à saint Rémi), sa tour-donjon, une sorte de beffroi, servait de refuge en cas d’alerte (« Seul édifice en pierres blanches à avoir été construit en vue du refuge des populations », selon le site Gralon, annuaire touristique et culturel).
Un four, un puits (aujourd’hui muré) et une cheminée permettaient de tenir un siège, paraît-il.
Outre son portal gothique, l’édifice était muni de canonnières, créneaux, meurtrières, mâchicoulis, les murs faisant un mètre d’épaisseur !

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

 

 

09:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (2/140) : ANLOY (Belgique) : Les Sages et la Cuisine des Nutons

Endroits et histoires magiques

Vresse2012ter.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

Anloy. Dans ce petit village de l’entité de Libin, en province de Luxembourg, le dynamisme est formidable : réveillon de la Saint-Sylvestre, chasse aux œufs à Pâques, rallye d’observation, marche « champi-gourmande », passage de saint Nicolas, Grand Feu où l’on brûle la « méchante sorcière ». Celle qui aurait lancé des mauvais sorts sur le village toute l’année ! Le feu est allumé par les récents jeunes mariés et toute cette tradition symbolise aussi « le passage de l’hiver au printemps ».
Il y a, encore, des activités à la Maison du Village, le « Théâtre de la Cloche » et, à l’initiative de l’actif comité « Le Village », cette étonnante nouvelle (depuis 2009) coutume qui met à l’honneur les personnes « les plus expérimentées du village », alors dénommés les « Sages » !
À savoir, toutes les personnes qui ont atteint l’âge de 70 ans !

Si l’on sait s’amuser à Anloy, on n’y oublie cependant pas qu’en 1914, ce fut un village martyr : 49 morts civiles sur 480 habitants, plus de 10% de la population, 32 maisons incendiées sur 100, sans parler des victimes militaires.
Un imposant monument aux morts, celui aux « Soldats du Sud-Ouest », la stèle Bibes (du nom d’un soldat), le cimetière militaire… rappellent ces funestes moments qui firent des milliers et des milliers de morts civiles dans les Ardennes.
Au total général, la Première Guerre mondiale fit plus de 8 millions de pertes humaines civiles et militaires, dont 1 400 000 en France et 45 000 en Belgique.

L’impatiente villageoise

Entre Anloy et Glaireuse, il y a le Bois du Cuî et ses blocs de pierre immenses. Dans cet environnement sauvage, il y a plusieurs cavités dont « Le Trou ou la Cuisine des Nutons ».
Cet endroit aurait donc été habité par ces nains portant barbe longue, bonnet, grosse ceinture avec boucle en or, chaussons…
Un peu plus loin, il y a les « scûles » ou « écuelles », des pierres avec évidements circulaires, qui servaient d’assiettes pour leurs repas.
Les Anciens de ce peuple fantastique s’asseyaient dans un « fauteuil » taillé dans une roche voisine. Ils devaient certainement présider aux agapes à l’instar des patriarches humains installés à une place d’honneur en pareilles circonstances.
Les Nutons étaient des artisans et fabricants d’outils et faisaient leurs emplettes à Anloy.

Une villageoise, qui les connaissait bien, se rendit à la « Cuisine des Nutons » afin de soigner l’un d’eux qui était malade. Elle le guérit !
En remerciement, il glissa dans le tablier de sa soignante un présent.
- Surtout, ne regardez cette récompense que dans votre maison ! J’insiste, pas avant !

Hélas, la villageoise, tenaillée par la curiosité, regarda le cadeau dès qu’elle eut quitté les Nutons et, alors, elle vit une multitude de flocons d’avoine s’envoler dans les airs.

- C’est terminé ! s’exclama-t-elle. Plus jamais ils n’auront mon aide. Un tel cadeau…

Elle poursuivit son chemin, rentra à la maison et constata qu’une pièce d’or était restée accrochée à son tablier.
Elle courut jusqu’à l’endroit où sa curiosité avait été plus grande que les recommandations du Nuton en espérant que tous les flocons soient retombés et transformés en pièces d’or.
Tout s’était irrémédiablement envolé !

Anloy.jpg

 

 

La forêt ardennaise regorge souvent de lieux « fantastiques ».

 

 

 

 

 


(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

 

07:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)