04/06/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (127/140) : VOUZIERS (France) : Ombre et lumière, Verlaine et Garros

 

Endroits et histoires magiques

 2.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

 

Au « Pays de l’arbre roi », Vouziers permet, sur des voies du XIXe siècle, des voyages nostalgiques grâce à l’autorail « Picasso » avec (re)découvertes de la Vallée de l’Aisne. Des départs sont fixés à Amagne et Attigny, de fin juin à fin août/début septembre.

 

Et puis, situé entre Vouziers et Grandpré, le Parc Argonne Découverte (Olizy-Primat) offre une magnifique occasion de « reprendre goût à la Nature », de jour comme de nuit, avec des animaux dits sauvages.

Une petite meute de loups est même au programme !

Ce site unique en Europe, permet encore d’apprécier la vie nocturne des chouettes, des chauves-souris, des rats et des mulots.

Des « hamacs à bonds » (des vêtements adaptés sont requis !) sont aussi disposés le long d’un sentier forestier, alors qu’une enquête « Mission Chercheur » met en scène des martres, des grenouilles et des blaireaux.

 

Le loup et sa riche symbolique

 

À l’occasion d’une émission radiophonique, j’ai développé la symbolique du loup…

 

- Outre l’animal tant redouté, mais parfois admiré par l’homme, c’est une figure emblématique qui parsème des romans, des sagas, des traditions, les arts et, aussi, certains cauchemars, ce n’est pas le loup-garou qui me contredira !

 

- Ces fameux hommes transformés en loups ?

 

- Non seulement des hommes, mais, également, des femmes métamorphosées en carnassiers par la magie d’un onguent maléfique appliqué par le diable ou un sorcier ! Les loups-garous, personnages terrifiants qui, de nuit, traversaient nos champs en traînant derrière eux une longue et bruyante chaîne et qui retrouvaient leur forme humaine le jour…

 

- Nous voici, effectivement, dans l’imaginaire et les croyances populaires !

 

- Pourquoi le diable est-il boiteux, selon vous ?

 

- Vous allez nous le révéler !

 

- Parce que c’est lui qui donna la vie au loup et que celui-ci le mordit à un pied ! Et, dans nos Ardennes, il se disait qu’un loup blanc installé au pied d’un hêtre, attendait le promeneur et qu’il ne fallait surtout pas lui parler, car il vous sautait au cou et vous emmenait au fin fond des ténèbres. De plus, prononcer son nom durant la nuit de Noël, signifiait que le loup allait apparaître au milieu d’un proche troupeau.

 

- L’expression « Quand on parle du loup, on en voit la queue » proviendrait-elle de là ?

 

- Exactement ! Mais, je ne veux pas terminer cette chronique dans l’horreur, en rappelant que les Romains le consacrèrent à Mars, le dieu de la Guerre, qui fit nourrir par une louve les jumeaux Remus et Romulus, fondateurs de Rome et, aussi, emblème de La Louvière, la cité des Loups.

 

- Mais, n’y aurait-il pas une légende à ce dernier sujet ?

 

- Il se dit que des fouilles anciennes à la recherche de vestiges romains se déroulant dans cette cité hennuyère, auraient permis de découvrir les restes d’une louve allaitant un enfant ; néanmoins, ceci n’a jamais été confirmé officiellement et la légende subsiste dans les croyances populaires.

Pour en terminer, et puisque vous parliez de queue du loup, il se disait encore, dans nos régions, que les poils de la queue de cet animal étaient un puissant philtre d’amour !

 

Verlaine et Garros

 

À Vouziers, terre natale d’Hippolyte Taine, historien et philosophe, et d’Albert Caquot, dit le « père des ingénieurs », son théorème faisant encore autorité, l’ombre de Paul Verlaine plane toujours : n’a-t-il pas été condamné, en 1885, à un mois d’enfermement à la prison de la cité pour avoir menacé de mort sa mère ?

Un autre personnage est, lui, mis en lumière de manière plus solennelle : Roland Garros dort pour l’éternité au cimetière de Vouziers.

Le pilote avait été abattu lors d’un combat aérien, le 5 octobre 1918 (à quelques semaines de l’Armistice, donc), à Saint-Morel.

 

 Vouziers.jpg

 

 

Sur ce document de la Bibliothèque Nationale de France, on voit Roland Garros, sportif accompli, devant un avion « Demoiselle B.C. », quatre ans avant sa mort tragique en terre ardennaise.

 

Il repose non loin de l’église Saint Maurille et son splendide portail Renaissance (1517-1565) qui montre des habitants du bourg au XVIe siècle ou des donateurs : un bourgeois, un artisan, une paysanne, un militaire, un pèlerin, un artiste portant un bonnet d’âne, un moine, un évêque…

Plusieurs monuments rappellent la « Bataille de Vouziers », l’une des plus importantes lors de l’offensive des Alliés.

 

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique : 

http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs...

 

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

 

 

 

 

15:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.