31/05/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (106/140) : SAINT-VITH (Belgique) : Vital et Vitus

Endroits et histoires magiques

 3.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

 Pas moins de vingt-sept villages et hameaux constituent la commune de Saint-Vith, neuvième à former la Communauté germanophone de Belgique.

Saint-Vith, une dizaine de milliers d’habitants, était au croisement de l’ancienne route romaine qui reliait Reims à Cologne et, aussi, les célèbres monastères de Stavelot, Malmedy et Prüm (voir ces trois chapitres).

Pourquoi Saint-Vith ? Qui était saint Vith ?

 Saint-Vith1.JPG

 

 

 

 

L’église Saint-Guy de Saint-Vith.

 

En vérité, saint Guy était saint Vit ou saint Vitus, martyr du IVe siècle et saint auxiliaire.

Les saints auxiliaires étaient au nombre de quatorze, souvent représentés ensemble. Ils étaient des saints dits de « secours », des auxiliateurs ou intercesseurs réputés pour répondre aux prières des fidèles. La basilique de Vierzehnheiligen (Badstaffelstein-Allemagne) leur est consacrée.

En 836, des reliques de saint Guy-Vitus passèrent par ce lieu qui deviendra « Saint-Vith ». Il devint même le patron de la cité et prié pour soulager ou guérir les gens frappés de maladies nerveuses.

Saint Guy est vénéré comme le patron de la jeunesse et son nom signifie « le vital ».

 Saint-Vith2.jpg

 

 

 

 

Saint Guy.

 

Indemnes sous les bombardements

 Au Moyen Âge, surtout à partir du XIIe siècle, Saint-Vith devint une importante place de marché. La ville brûla à trois reprises : en 1543, 1602 et 1689.

Saint-Vith, d’origine prussienne, fut rattachée  à la Belgique en 1919 (Traité de Versailles) en tant que « réparation pour les dommages de la Première Guerre mondiale ».

Durant la Seconde Guerre mondiale, Saint-Vith fut prise par les Allemands dès le début des hostilités et ne fut libérée qu’en 1944. Point stratégique par sa gare, la cité souffrit encore lors de la Bataille des Ardennes, les Alliés étant obligés de la bombarder à la Noël 1944. Saint-Vith fut alors détruite à 95% !

 

À l’église Saint-Guy reconstruite en style néo-roman, on visite la statue du saint ainsi que l’antependium en bois sculpté, datant de 1700, qui furent retrouvés indemnes à l’issue des bombardements de 1944 alors que l’ancienne église était incendiée et dévastée.

D’autres anciennes œuvres sont exposées : les fonts baptismaux de style gothique primitif du XIIIe siècle, une pierre tombale ayant servi de monument funéraire à Friedrich von Rolshausen, préposé de la seigneurie de Saint-Vith (1517)…

 

 Saint-Vith3.JPGSaint-Vith4.JPGSaint-Vith5.JPGSaint-Vith6.JPG

 

 

 

 

Superbes œuvres à l’église Saint-Guy.

 

 Non loin de l’église, on voit la Tour Büchel (flèche), unique vestige des anciens remparts de la cité au XIVe siècle.

Saint-Vith7.JPG

Saint-Vith8.JPG

 

 

 

 

 

 

Tour Büchel.

 Un mémorial unique en Europe

 Durant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux soldats afro-américains ont été tués lors du conflit. Parmi eux, onze furent massacrés lors de la Bataille des Ardennes à Wereth, un hameau situé non loin de Saint-Vith. Un film (primé) a d’ailleurs été tourné de la tragédie que voici :

 Saint-Vith9.jpg« Le 17 décembre 1944, onze soldats noirs américains faisant partie du 333e Bataillon d’artillerie de campagne ont été torturés puis massacrés par des sinistres membres des SS.

Ces onze soldats avaient été coupés du reste de leur bataillon lors d’une manœuvre face à une contre-offensive allemande. Les onze se perdirent dans les bois, puis trouvèrent refuge dans une ferme de Wereth où ils reçurent à manger. Moment que choisirent les SS pour les surprendre. Ils les forcèrent à courir devant leur voiture, les emmenèrent dans un sentier, les mutilèrent, les massacrèrent sauvagement… un sympathisant nazi les avait dénoncés à la patrouille SS. »

Ce fait historique fut étrangement « oublié » durant une cinquantaine d’années, jusqu’au moment où un enfant de la ferme (12 ans à l’époque) fit ériger une croix au lieu du massacre. Une association vit le jour et un monument en l’honneur des Afro-Américains morts en héros lors de la Seconde Guerre mondiale, mémorial unique dans son genre en Europe, fut élevé.

 

Sur une route menant à Saint-Vith, on traverse le village de Maldingen et on distingue son église Saint-Jean, « remarquable pour son clocher bulbeux », lui donnant un air oriental, pour les uns, une espèce de casque colonial, pour les autres…

 

 

 Saint-Vith10.JPG

 

 

 

 

Le clocher de l’église de Maldingen.

 

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique : 

http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs...

 

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

 

 

 

 

15:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.