15/05/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (75/140) : MAISSIN (Belgique) : Un peu de Bretagne dans les Ardennes

 

Endroits et histoires magiques

1.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

 

Au cimetière militaire de Maissin (« Ferme sur la montagne »), sur la colline de Spihou, dans la région de Haute-Lesse, reposent de nombreux soldats bretons, victimes de la bataille sanglante des 22 et 23 août 1914. Un authentique calvaire, datant du XVIe siècle, provenant de Tréhou (Finistère) a été érigé en leur mémoire.

Le calvaire est un monument de granit, foncièrement breton, qui groupe autour du Christ en croix différents épisodes de la Passion.

Très nombreux en Bretagne, ils avaient surtout été élevés au XVIe siècle pour conjurer la peste ou en remerciement après sa disparition. Le calvaire servait aussi de matériel didactique au prêtre pour expliquer à ses ouailles la Passion, le menhir christianisé étant son ancêtre. Effectivement, la religion catholique fit parfois surmonter les mégalithes d’une croix, graver ses symboles, afin de les sanctifier.

La croix de calvaire, seule, pouvait aussi être considérée comme croix de chemin (repère, borne). Le plus ancien calvaire est celui de Tronoën et date du XVe siècle, alors que le plus célèbre est celui de Guimiliau, car il présente quelque deux cents personnages.

 

L’accident de l’impératrice

 

À Maissin, il y a deux ponts qui franchissent la Lesse :

 

. Le Pont Marie-Thérèse date du XVIIIe siècle. Il a l’aspect d’un pont romain et est composé de quatre arches inégales. Il a la particularité d’avoir des entrées élargies, ce qui permettait de canaliser les troupeaux d’animaux lors du franchissement de la rivière.

Il se dit qu’il fut construit sur les ordres de l’impératrice Marie-Thérèse qui avait gardé un très mauvais souvenir d’un incident lors du franchissement de la Lesse… En vérité, ce pont facilitait surtout le trafic entre Paris et Liège.

Maissin.jpg

 

 

 

 

 

L’impératrice Marie-Thérèse.

 

. Le Pont de la Justice (XIXe siècle), à deux arches, à l’est de Massin, également aux entrées élargies, important endroit pour le chemin entre Saint-Hubert et la France.

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique : 

http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs...

 

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

 

 

 

 

18:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.