22/02/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (38/140) : DAVERDISSE (Belgique) : La Nature dans toute sa splendeur

Endroits et histoires magiques

1.jpg

Aujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

Daverdisse, Tellin, Libin et Wellin sont les communes qui composent, avec les villages de Redu, Gembes, Haut-Fays, Porcheresse…, le magnifique Pays de la Haute-Lesse. En d’autres termes, c’est la Nature dans toute sa splendeur !
Pour s’en convaincre, il faut arpenter le Sentier des Nutons (nains ardennais légendaires), la voie (lente) entre Daverdisse et Wellin, le Petit Bois de la Gypsine (ancien arboretum)…

Daverdisse1.jpg

 

 


Splendeur ardennaise.


Amoureux inconditionnel du jogging et de la marche de randonnée, j’ai été gâté en ce Pays : une vingtaine de parcours balisés pour un total de quelque 125 kilomètres portant les noms de « Boiserie », « Les deux-rives », « Le Maquis », « L’Ermite », « Le Gros Bois »… et proposant des « curiosités locales » en nombre, tels les « Pont des Barbouillons », « Pont des Cochettes », « Pont de Fays », « Pont des Gades » (vient de « gattes », chèvres, qui broutaient dans les prairies voisines), d’anciens moulins, les « Trou et Pont de l’Ermite », Chapelle Sainte-Agathe, Fontaine des Buttays, le Musée du Sabot, une ancienne pompe à eau, d’anciens châteaux…

 

Daverdisse2.jpgDaverdisse3.jpgDaverdisse4.JPG 

 

 

 


Des coins « merveilleux » au fil des promenades.

La Ferme de Mohimont (vers la Fagne Chaumont en quittant Daverdisse) dont l’existence remonterait au XVIIIe siècle, a accueilli Pierre-Napoléon Bonaparte, le neveu de l’empereur et cousin de Napoléon III, de 1838 à 1848. Il y vécut en compagnie de Rose Hesnard.
À la Révolution de 1848, il retourna en France puis revint dans la région de Nassogne en 1870 après l’assassinat du journaliste Victor Noir.
Ce dernier avait été tué à l’âge de 21 ans d’un coup de feu tiré par un proche de Napoléon III, ce qui indigna la population et rendit davantage impopulaire le Second Empire.
J’ai visité sa tombe au cimetière du Père-Lachaise à Paris où son gisant est l’objet de certains… attouchements.
Effectivement, les femmes stériles ou en espérance d’être mères caressent les parties génitales du bronze par superstition : par ce geste, elles pourraient attendre un ou des enfant(s), dit-on !

 

Daverdisse5.JPG

 

 

 

 

                                                      Patine des parties génitales de Victor Noir.


Un geste humain

Les habitants de Porcheresse sont appelés des « gadots » (chevreaux en wallon). Le village est connu pour son Musée du Sabot situé dans l’ancienne école communale (la fabrication des sabots à Porcheresse aurait été enseignée par des soldats napoléoniens déserteurs) et sa pompe à eau du XIXe siècle, actionné l’Almache (voir ci-dessous), ou « machine à élever les eaux », qui remontait l’eau potable à près de cinquante mètres pour approvisionner l’entité (jusqu’en 1952).
En août 1914, le village fut pratiquement brûlé dans sa totalité par l’armée allemande. Néanmoins, dans cette sauvagerie, un acte « humain » est à souligner : une des maisons fut sauvée par un soldat allemand qui y avait renseigné la présence d’une personne âgée incapable de fuir.
Près d’une trentaine de maisonnettes furent construites par le Comité de Secours et d’Alimentation du Luxembourg et baptisées « Maisons du Comité ». Il en reste une vingtaine.

 

Daverdisse6.facebookjpg.jpgDaverdisse7.jpg

 

 

 


Porcheresse.

L’Almache est une petite rivière qui coule dans cette région magnifique. Elle prend sa source à Baillamont, salue Naomé, Graide, Porcheresse, Gembes et se jette dans la Lesse à Daverdisse.
Cette rivière a la particularité de porter plusieurs noms (Halmache, Mache, Ruisseau de Gembes, Ruisseau des Rives) et de côtoyer des lieux légendaires tels le Trou de l’Ermite, grotte où vivait un homme solitaire qui avait sauvé plusieurs Ardennais de la peste, et la Roche du Curé, là où se cacha un curé durant la Révolution française.
Concernant la grotte située dans le bois de Gembes, l’ermite en question avait été consulté par deux frères en 1636 et, après certaines réticences de sa part, il leur indiqua quand même une plante qui pouvait les sauver !

Il y a également lieu d’honorer la mémoire de martyrs au Monument du Maquis (Vallée de la Rancenne), quinze maquisards étant tombés sous les balles allemandes.

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

 

09:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.