22/02/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (36/140) : COO (Belgique) : Un petit Niagara et les loups féroces

Endroits et histoires magiques

1.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

Située entre Trois-Ponts et La Gleize, la cascade ce Coo sur la rivière Amblève, est la plus importante chute d’eau en Belgique.
Elle est célèbre pour sa chute de quinze mètres de dénivelé et le fait que l’on peut atteindre les hauteurs du village en télésiège, d’où l’on aperçoit le « Lac de Coo », à savoir le bassin inférieur de la centrale hydroélectrique unique en Belgique, et, aussi, la splendide Vallée de l’Amblève.
Ce sont les moines de l’Abbaye de Stavelot qui creusèrent la grande chute afin de protéger le village de Petit-Coo. Mais, à côté de cette cascade « artificielle », il y a la naturelle, plus petite.
Les deux se retrouvent finalement dans le même tourbillon, le temps d’une séparation de quelques secondes, puisqu’elles proviennent du même méandre de l’Amblève.

Que l’on évoque le temps, celui de ma jeunesse, dans les années ’50, il y avait la cascade et une buvette, c’est tout. À présent, un complexe d’attractions multiples (Plopsa Coo) attire des milliers de visiteurs en saison.
Il faut dire que les activités récréatives ne manquent pas : karting, mini-golf, kayak, Grand 8, bob-luge sur une piste de 850 mètres, tronc d’arbre qui plonge dans la rivière sauvage, parc à gibier avec spécimens de la faune ardennaise (sangliers, daims, biches…), vélos volants, fontaines dansantes, labyrinthe, petits lapins, carrousel, scooters, château gonflable, auto-école, plaine de jeux, Tour de guet, pré des animaux, boutiques…

 

Coo.jpg

 

 

 

 

Un cadre naturel enchanteur et de multiples attractions (Plopsa Coo).

 

La Fontaine aux Loups

Non loin de la cascade, en se dirigeant vers Spa par Roanne, « La Fontaine aux Loups » aurait été l’objet d’une bien triste saga…

Lors d’un rigoureux hiver, celui de 1760, Antoine Gillet, père de Louise et de Thérèse, était allé à Verviers pour y traiter des affaires.
Il était parti depuis plusieurs jours et n’était toujours pas revenu, au grand désespoir de Thérèse, alors que, malgré cette situation inhabituelle, Louise s’apprêtait à partir au bal où l’attendait Bertrand, son fiancé.
Un bal donné par Gilles Benoît à l’occasion du mariage de sa fille unique. Bertrand, effectivement, y attendait Louise et il ne voulait danser avec aucune autre fille.
« C’est l’amour de Louise qui le pousse à agir de la sorte ! » lança une commère.

Puis, apprenant que des loups rôdaient dans les parages, Bertrand voulut organiser leur chasse. Personne ne le suivit. Il s’en alla tout seul, mais armé. Durant ce temps, Louise se mettait en route pour le bal.
« Père a peut-être été à Herve et non à Verviers ! » dit-elle à sa sœur, effondrée, pour justifier son départ pour la fête.


Quelques instants plus tard, Bertrand arriva à la maison des Gillet. Il n’avait pas croisé Louise.
« Les loups ! Les loups ! » hurla le jeune homme.
Thérèse et lui partirent à la recherche de Louise et, dans la foulée, du père Antoine. Au bout d’une courte marche pénible, ils entendirent un râle : dans un coin, près d’une fontaine, deux animaux monstrueux terminaient de déchiqueter le corps de Louise. Bertrand s’évanouit.
À la fonte des neiges, on trouva, dans les Fagnes, les ossements et des lambeaux de vêtements, ceux d’Antoine Gillet. Il avait aussi été la proie de féroces loups.

La morale de cette légende : « Le Ciel, en faisant mourir Louise d’une façon identique à la mort de son père, a voulu la punir de son égoïsme et de son manque d’amour filial. »

Thérèse épousa Bertrand et la « Fontaine aux Loups » devint un but de pèlerinage. Les femmes de la contrée y faisaient boire l’eau fraîche et limpide à leurs enfants afin de leur donner du courage dans l’existence et, aussi, davantage d’amour pour leurs parents !
Certains disent qu’on y vient, également, pour guérir les maladies infantiles, selon le site « Lumière de Dieu » !

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

08:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.