19/02/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (35/140) : CLERVAUX (Grand-duché de Luxembourg) : Un havre de paix

 

1.jpgEndroits et histoires magiques

Aujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

C’est bien que vrai que Clervaux recèle plusieurs arguments pour en faire un indiscutable havre de paix : un site naturel superbe, quelques réalisations humaines pleines d’harmonie…

Le Château de Clervaux (XIIe siècle) est planté (peut-être sur des vestiges celtes et romains) dans une boucle de la rivière Clerve, sous-affluent du Rhin par la Moselle et la Sûre, sur un rocher arrondi, véritable rempart façonné par la nature.

 

 Clervaux1.JPG

 

 

 


Haut lieu historique de Clervaux.


Son premier « officiel » bâtisseur et seigneur fut Gérard de Sponheim avant que Frédéric Ier de Brandebourg ne fasse des agrandissements à l’édifice au XVe siècle avec, entre autres, l’imposante Tour de Bourgogne qui servit aussi de prison.

Société de la Perruche

Frédéric Ier de Brandebourg (1371-1440) fut membre de la Société de la perruche fondée en 1414 et qui devint la Ligue de Constance, une union de défense contre Louis VII (1368-1447), duc de Bavière-Ingolstadt.
Cette société était unique car ses membres, ennemis de ce dernier, étaient tous des princes. Mais, pourquoi la perruche ?
Parce qu’il fallait ridiculiser le corbeau faisant partie des armoiries de Louis VII, paraît-il. C’est ainsi que s’écrit, aussi, l’Histoire !

Pour en revenir au château, il y eut, encore, la construction de la Tour des Sorcières dans la première cour afin de renforcer la défense des lieux.
Suite à différents conflits, plus particulièrement lors de l’offensive allemande dans les Ardennes en 1944, le château fut fort endommagé.
Heureusement, l’État luxembourgeois le fit restaurer avec bonheur pendant des décennies, abritant la mairie et divers musées dont « The Family of man », soit une partie de l’œuvre magistrale du photographe américain, d’origine luxembourgeoise, Edward Steichen.
Elle débuta en 1951 au temps de la Guerre Froide entre l’Est et l’Occident, et tente d’expliquer l’homme à l’homme par la photographie, ce langage universel. Beaucoup de situations de l’existence et de sentiments y sont représentés : naissance, famille, éducation, travail, enfants, amour, guerre, paix…
Considérée comme « la plus grande exposition de photos de tous les temps », selon le Syndicat d’Initiative et de Tourisme de Clervaux, ses salles sont rénovées (2013).
Dans une autre aile du château, on découvre le Musée de la Bataille des Ardennes, des maquettes de châteaux luxembourgeois…

Un air de Cluny

L’abbaye bénédictine Saint-Maurice domine de toute sa majesté la vallée.
La tour de ce havre de paix fait immanquablement penser au célèbre Clocher de l’Eau Bénite de l’abbaye de Cluny (Bourgogne).

 Clervaux2.jpgClervaux3.JPG

 

 

 

 


Abbayes de Cluny et de Clervaux, un air de ressemblance.

Particularité de l’abbaye de Clervaux : elle fut construite pour les moines bénédictins de Glanfeuil expulsés de France.
Considérée comme un joyau de style néoromantique, l’abbaye bénédictine Saint-Maurice et Saint-Maur fut construite au début du XXe siècle grâce à de somptueux dons.
Les moines fondateurs auraient été victimes des lois « antichrétiennes » de la république française au début de ce siècle et durent émigrer en 1901 de l’Abbaye Saint-Maur de Glanfeuil située dans le diocèse d’Angers.
Dans la crypte de l’abbaye de Clervaux, l’historique de cet édifice sacré est expliqué à partir de documents photographiques et autres.

Clervaux4.JPG

 

 

 

 

L’Abbaye Saint-Maurice et Saint-Maur.

Une Lettre Apostolique évoque Clervaux en 1909 :

« Notre cher fils Paul Renaudin, de l’Ordre de saint Benoit, Abbé de Saint-Maur en France, nous a informé qu’ayant été injustement chassé de son abbaye, il avait entrepris maintenant de fonder un nouveau monastère à Clervaux. (…)
Quand à Nous, qui avons été très douloureusement affecté par la
persécution des Ordres religieux en France, nous apprenons avec joie et
reconnaissance que ces Ordres refleurissent ailleurs, afin que les dommages subis par la religion soient réparés dans la plus grande mesure possible… » (Source : abbaye-clervaux.lu)
Le 29 août 1910, le premier groupe de moines arriva à Clervaux ; les « trésors » de l’église étant : des autels gothiques, une cloche du XVe siècle, des orgues…

La Guerre des gourdins

Clervaux est aussi appréciée pour son église décanale dévolue aux saints Côme et Damien. De style roman-rhénan, elle fut construite il y a une centaine d’années à l’initiative du maire Emile Prum. Avec, en façade, une étonnante représentation de la crucifixion, on découvre aussi des mosaïques dorées et multicolores, des voûtes romanes, du marbre veiné, une coupole somptueuse… Si cette église se voulait un équilibre des masses, entre abbaye et château, l’harmonie y est effectivement omniprésente.

Clervaux5.JPG

 

 

 

 

Église saints Côme et Damien.

Ne quittons pas Clervaux sans rendre un hommage à une population connue pour sa lutte pour l’indépendance contre l’administration française issue de la Révolution (enrôlement de force dans l’armée française, politique antireligieuse, mesquineries, conditions de vie déplorables…), d’où un mécontentement important dans la population qui mena à la révolte de 1798.
La cité vécut des moments dramatiques de cette lutte paysanne dite « Guerre des gourdins ».
Une croix médiévale de justice, « Monument de Guerre des Paysans », rappelle l’héroïsme des résistants aux envahisseurs et est située au pied de l’abbaye.

(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.