15/02/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (29/140) : CARIGNAN (France) : Les reliques étrangement disparues

 

Endroits et histoires magiques

2.jpgAujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)


Comment ne pas être attiré par l’étrange information qui circulait il y a une cinquantaine d’années : « Carignan, dans les Ardennes, à une vingtaine de kilomètres de Sedan, portait un nombre impressionnant de noms mystérieux pour citer des lieux-dits : « Les 1600 », « Les Aisances des neuf moulins » (les « Aisances » étaient formées d’une partie boisée située en bordure de Semois à Chiny, par exemple), « Les 1100 », « La Culée des Chevaliers » (Culée = partie d’un pont), « La Citadelle », « Les 11 quarterons » (quarteron = quart d’un cent et, par extension, métis ayant un quart d’ascendant de couleur et trois quarts d’ascendance blanche), « Les 200 », « La Messe du jour », « Les 9 moulins », « Les 600 », « Le Pater »… ?

En revanche, ce que l’on sait avec certitude, c’est que, jusqu’en 1662, Carignan s’appelait Yvois ou Yvoy, Yvoi, Ivoix, Ivoy, Yvoi et Epoisso ou Eposio (Epo = cheval, en celte) Vicus (petite agglomération) à l’époque romaine.
Étape sur la voie Reims-Trêves, la ville posséda un atelier monétaire mérovingien et devint une place forte.

De très hautes personnalités firent connaître Yvois-Carignan dans l’Histoire :

. Charles Quint fut suzerain d’Yvois.

. En 1187, Frédéric Barberousse, empereur germanique, rencontra Philippe Auguste, roi de France, dans la région.

. Henri II, empereur germanique, et Robert II le Pieux, roi de France, se rencontrèrent à Yvois, assistèrent à la messe dans l’église locale, cité cataloguée, à l’époque, de « Belle entre toutes ». Ils désiraient resserrer les liens entre leurs états, régler des problèmes d’ordre religieux…

. Henri II, roi de France au XVIe siècle, assista au siège d’Yvois dirigé par le connétable de Montmorency.

. Louis XIII et le cardinal Richelieu assistèrent, avec plaisir, à l’anéantissement d’Yvois en 1639.

. Napoléon III séjourna à Carignan lors de la Guerre de 1870.

. Saint Géry est né à Yvois (540) avant d’y être chassé !

. Enfin, les reliques de saint Walfoy-le-Styliste (moine qui vivait et méditait sur une colonne surplombant Margut) furent transférées à Yvois. Elles disparurent mystérieusement.
Un certain Mandelier, charmeur de loups, a pu faire des émules… (voir Margut).


Carignan.jpg

 

 

 

 

 

Richelieu fit raser la cité en 1639. (Document : Wikipedia)

Quoi qu’il en soit, il se dit qu’au Mont-Tilleul, point culminant de près de 300 mètres de la ville), se déroulaient des sabbats entre sorciers et ours accompagnés de loups venus de la forêt ardennaise…


(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

08:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.