03/02/2016

« Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (15/140) : BERTRIX (Belgique) : Un valeureux et réputé manant

Endroits et histoires magiquesVresse2012ter.jpg

Aujourd’hui, l’heure est venue d’emboîter le pas d’auteurs « locaux », de rassembler ce qui était épars, de (re)donner aux Ardennes leurs lettres de noblesse, de consulter à nouveau les pages des légendes et des traditions typiques de ces contrées merveilleuses afin de préparer au mieux des promenades et des séjours sur place. Et, surtout, d’y goûter ! (*)

À Bertrix, l’une des villes les plus fleuries de la région, dit-on, « vous apprécierez l’espace, l’air frais et la quiétude du plateau ardennais, vous profiterez également de l’attrait sans égal de la Semois. Marcheur, amateur de VTT, pêcheur, adepte du parapente ou du kayak ? À Bertrix, vous serez ravi ! » annonce le portail de l’administration communale.
Dans ce contexte, il est proposé des « Murmures de Pierres » ou « Voie des pierres qui parlent », une balade en bord de Semois à la rencontre de ses racines.

À la Place des Trois Fers, il y a l’église Saint-Étienne, mariage entre la pierre et l’ardoise, dont la flèche culmine à plus de cinquante mètres, la Fontaine et son monument aux victimes des guerres 14-18 et 40-45, trois fers à cheval derrière celui-ci…

Bertrix1.JPGBertrix2.JPGBertrix3.JPG

 

 

 

L’église Saint-Étienne, le monument aux victimes des guerres et trois fers à cheval.

Pourquoi trois fers à cheval ? Parce que c’est le blason de Bertrix !
Son origine remonte au Moyen Âge quand un jouteur était célèbre pour sa force et sa bravoure. Mais, c’était un manant et les belles et fières châtelaines n’appréciaient pas les exploits de ce « vilain ».
Alors, trois seigneurs eurent pour mission de mettre fin à la réputation dudit cul-terreux et, dans la foulée, à sa vie !
Attaqué par le trio maléfique, le « bouseux » se défendit avec courage et laissa même ses assaillants sur le sol !

Comme trophée, il retira à chaque cheval du trio un fer et il en orna son bouclier. Il fut officiellement reconnu et, peu avant sa mort, il le remit à la ville de Bertrix.

Beautés naturelles et mystères

À la sortie de Bertrix, sur la petite route menant à Mortehan, un paisible ruisseau s’écoule parmi un bois. Un panneau rappelle une évidence : « La nature est belle mais fragile ! Vos enfants pourront-ils encore en profiter ? Cela dépend de vous ! Respectez-la ! »
Non loin de là, justement, mais quasiment en face, voici un éperon rocheux baptisé « Château des Fées » sauvé de l’oubli.
Il y a une quarantaine d’années, des travaux archéologiques mirent au jour des ruines qui permettent de dire que le site (endroit stratégique pour contrôler l’axe Nord-Sud) disposé en plusieurs terrasses a été occupé durant de nombreux siècles (du moins, de l’époque gallo-romaine au XIIe siècle) : palissade en bois, enceinte de pierres, tour, donjon…

Bertrix4.JPGBertrix5.JPGBertrix6.JPG

 

 

 

Le Château des Fées et l’auteur parmi les ruines…


Autre lieu « mystérieux » : l’Oppidum du Trinchî (fossé) qui s’étend sur plus de six hectares et domine Cugnon (voir, aussi, Auby-sur-Semois). Il a été fortifié et il s’agirait d’une construction remontant à l’époque gauloise lors de la conquête romaine.
Verlaine et Bertrix
C’est au Musée des Lettres et des Manuscrits de Bruxelles (le petit frère de celui de Paris), que j’ai lu la déclaration de naissance du poète Paul Verlaine et y ai trouvé un certain rapport avec Bertrix… :

Acte de naissance de Paul Verlaine.
« L’an mil huit cent quarante quatre, le premier avril, à l’heure de midi, pardevant nous, Jean Baptiste Pierre Sido, adjoint à la mairie de Metz, faisant les fonctions d’officier public de l’État-civil, est comparu Nicolas
Auguste Verlaine, âgé de quarante six ans, né à Bertrix (Belgique), capitaine adjudant-major au deuxième régiment du génie, chevalier de la Légion d’honneur et de Saint-Ferdinand d’Espagne, domicilié à Metz, rue Haute-Pierre, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin, né le trente mars dernier, à neuf heures du soir, dans sa demeure, de lui déclarant, et de Elisa Julie Josèphe Stéphanie Dehée, son épouse, âgée de trente deux ans, née à Fampoux (Pas-de-Calais), sans profession, et auquel il déclare donner les prénoms de Paul Marie. »


(*) Au fil des jours, vous pourrez me suivre dans quelque 140 lieux légendaires ou historiques français, belges, luxembourgeois et allemands, repris de mon ouvrage et de mes émissions « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées » (Éditions Jourdan, RTBF, TV5 Monde, Fréquence Terre-Radio France Internationale) sur le blog spécifique :
http://ardennesmysterieusesinsolitesetsacrees.skynetblogs.be/

Et, chaque semaine, en radio avec une soixantaine de sites ardennais français dans l’émission « Nature sans Frontières » sur « Fréquence Terre-RFI » : http://www.frequenceterre.com/

 

09:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.